Blog

Actualités

L’Équipement du Cycliste Sur Piste

Le cyclisme sur piste est un sport qui rassemble plusieurs épreuves et se déroule sur un vélodrome. Il se pratique toujours sur un vélo à pignon fixe, c'est-à-dire que contrairement à un vélo à roue libre, le cycliste doit continuer à pédaler jusqu'à ce que son vélo s'arrête complètement. Dès 1870, le cyclisme sur des pistes couvertes en bois attirait beaucoup de monde. Il est apparu lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. Dès 1870, le cyclisme sur piste en bois couverte attire les foules. Il figure au programme inaugural des Jeux Olympiques.

Par Lisa Malavergne

15 Apr 2021

Le casque : l’inconditionnel casque est le moyen le plus sûr de protéger sa tête en cas de choc. Sachez que la chute sur le crâne est la première cause de décès chez les cyclistes. Cet équipement peut vous sauver la vie, alors pensez-y ! De plus, le port d'un casque de sécurité rigide est obligatoire lors des compétitions et des entrainements sur piste.

D’autant plus que les chutes peuvent être fréquentes lors des épreuves où plusieurs coureurs sont en grand nombre et en lutte directe, comme le keirin par exemple. Mais le casque peut également être utilisé pour améliorer l'aérodynamisme lors des épreuves de type contre-la-montre comme la poursuite par équipes.


Le cadre : A première vue, le cadre d'un vélo de piste a la même forme qu'un cadre de vélo de route classique, sauf que les pattes de fixation de la roue arrière sont plus longues et permettent donc de régler la tension de la chaîne manuellement (ce que fait automatiquement un dérailleur classique).

Le poids minimum est de 6,8 kg, c'est le plancher défini par l'UCI et l'objectif recherché par les coureurs pour gagner en vitesse. Cependant avec la technologie actuelle, il serait très probable de descendre en dessous de ce poids. Or en piste, la rigidité est une caractéristique importante pour résister aux chocs d’accélération, c'est pourquoi les tubes sont plus larges, contiennent plus de matières pour une masse d'environ 7,5 kg.

La position du cycliste sur le vélo est légèrement différente de la position du cycliste sur route. Le guidon et la selle sont avancés de 1 cm et le guidon est également abaissé de 1 à 2 cm.

Il n'y a pas de système de freinage sur les vélos de piste. Il y a plusieurs raisons : la première est le gain de poids et la seconde est que l'utilisation d'un pignon fixe permet au coureur d'ajuster la vitesse en pédalant. Pendant la manœuvre, le cycliste peut choisir de réduire légèrement la vitesse de pédalage. Le vélo étant équipé d'engrenages fixes, sa rotation est directement liée au mouvement des jambes. Par conséquent, ce ralentissement du rythme fait ralentir le vélo sans bloquer les roues, ce qui déséquilibrerait le vélo.

La manivelle du pédalier est légèrement plus courte que celle d'un vélo de route, en moyenne elle mesure 165 millimètres. Cette caractéristique est rendue obligatoire pour ne pas risquer de percuter la piste en pédalant lors du passage dans les virages.


La transmission : Les vélos pour le cyclisme sur piste sont des vélos à pignons fixes. L’intérêt pour les pratiquants est de gagner est du poids mais également un d’obtenir un meilleur rendement. De plus, cette caractéristique a permis aux coureurs de vitesse individuelle d'effectuer des « sur places » : en utilisant le pignon fixe pour rechercher une position d'équilibre pouvant mener à l'arrêt. Le but est de contraindre son adversaire à passer en première position. En effet, en cyclisme, il est avantageux de partir en sprint derrière son adversaire, puisque l'on peut bénéficier de l'effet de surprise, ainsi que de son aspiration.

Les pieds sont serrés par des cale-pieds ou des pédales automatiques. Ces dispositifs sont également utilisés pour un gain en rendement, puisque le pied étant fixé à la pédale, tous les mouvements des jambes effectués par les coureurs sont transmis au pédalier. Ces mouvements se produisent en phase de poussée lorsque la pédale est en phase descendante, et en tirée lorsque la pédale est en phase montante. Sans cale-pieds, le mouvement de tirer ne pourrait pas être effectué. En revanche, ces systèmes de fixations nécessitent un entraîneur ou une machine pour fixer le coureur verticalement, au départ de la course.


La roue : Le règlement exige que les deux roues d'un vélo aient le même diamètre, que la roue avant soit orientable et que la roue arrière soit la roue motrice, c'est pourquoi elle est actionnée par le cycliste en pédalant par l’intermédiaire d’une chaîne. Le diamètre des roues doit être compris entre 55 et 70 cm.

L'utilisation de roues arrière pleines (appelées roues lenticulaires) est assez courante dans cette discipline car elle favorise l'aérodynamisme. Cependant, ce n'est pas obligatoire.

Le type de roue avant peut varier considérablement en fonction de la concurrence, du niveau de performance et du niveau d'investissement du coureur. Il peut s'agir d'une roue à rayons classique, d'une roue de bâton ou même d'une roue lenticulaire.


Les vêtements : Les vêtements utilisés pour pratiquer la piste sont uniques à la pratique de ce sport. C'est une combinaison, dans la plupart des cas à manches courtes, avec une peau de chamois. Les avantages de ce tissu sont multiples : Premièrement, il réduit la résistance à l'air par rapport aux vêtements amples, qui eux un léger effet de « freinage ». De plus, le tissu élastique utilisé pour de tels vêtements épouse la forme du corps pour limiter les plis lors du pédalage, ce qui peut provoquer des frottements avec la peau et augmenter le risque d'irritation.


Comme pour les cyclistes sur route qui utilisent des cuissards, les coureurs ne portent pas de sous-vêtements. Car la peau de chamois insérée au niveau de l'entre-jambe, permet de protéger la peau des frottements et d'en empêcher l'irritation liée aux nombreux mouvements sur la selle du vélo.

Les pistards utilisent souvent des gants longs, recouvrant les doigts. Ils ont pour fonction de protéger la peau de la paume des mains en cas de chute du vélo, mais peuvent aussi être utilisés pour ralentir le vélo en appuyant sur une roue.

Sur piste et dans le cyclisme en général, le coureur ayant remporté le championnat du monde dans une catégorie doit porter, pendant l'année de son sacre un maillot spécifique dit maillot arc-en-ciel.

Nous utilisons des cookies pour optimiser votre expérience en ligne. En naviguant sur notre site, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, consultez notre politique relative aux cookies.
Ok j'ai compris ! 👍